La France est... bonne et plus : belle...

'

... et plus avec de la Poésie. Pourquoi la poésie ?

                           Parce que c'est beau, et pour un monde plus beau.

                                        "Le Beau, le Bon, le Vrai"

                                                                         -------------------------------

                      Pour voir mon autre site, cliquez ici : www.lafranceestbelle.com

                         Pour m'adresser un message : lafranceestbelle@orange.fr

                                                             ........ (sites en évolution) ........

                   Du nouveau sur le site avec de la "Grande Musique" : Voir à la fin du 6ème poème                 intitulé "Paris Notre-Dame" !...

              

                                   

                                   ~   La Fontaine et Versailles   ~

               Monsieur de la Fontaine était si bon poète,

                        Que toujours à le lire on aura du plaisir ;

                        Soit l'une ou l'autre fable, on ne saurait choisir :

                        Ou l'une a plus de charme, ou l'autre est plus en fête !...

 

                         Brilla-t-il ce Grand Siècle(1), et sa longue comète

                         D'esprits resplendissants : Molière à en mourir...

                         De rire !... Et puis Racine, et Perrault à loisir,

                         Descartes et Pascal, Sévigné, La Fayette !...

 

                         Contes, fables, récits... théâtres ont réjoui :

                          Louis quatorze et l'Europe en sont tout éblouis !... 

               Tant Versailles en fleurs exhale ses fragrances :

 

           Trianons, Grand canal, et jardins à l'entour 

           Du beau Palais !... Paris ! valent bien ce détour : Modifiez

                Séduit, le monde entier, est en visite en France !...

 

    (1) Il est remarqué historiquement que les Dirigeants ou Souverains les plus "éclairés" et les plus célèbres souvent, sont ceux qui (au cours d'un long règne en période faste), ont su favoriser tous artistes, éducateurs ou créateurs de richesses culturelles et humaines : du Siècle de Périclès, en Grèce, au Grand Siècle de Louis XIV en Europe, en passant par la République de César à Rome...

 

                  

                                

                                      ***   Les Jardins de Versailles   ***

               S'il vous plaît qu'on s'en aille au Palais de Versailles, 

               on s'en visitera, des fastes du Grand Roi, 

               ses jardins de Le Nôtre(1), et ses bassins, son bois :

                   brillera "le Soleil" sur ces temps en grisailles...

   

               Soit simple promenade ou nobles épousailles,

                   comme Prince et Princesse aux contes d'autrefois,

                   y croisant quelque fée, une muse, ou parfois

                   ces marbres à l'antique en songes et semailles,

 

                   de "vasque d'Encelade"(2) en "miroir d'Apollon"(3),

                   de fontaine en cascade, à fleurs de Trianons(4),

                   au 'parfum d'ambroisie'(5) on voisine les dieux :

 

               "Grandes eaux" et musique !... En soirée ? Ô délices

                   au "bassin de Neptune" où, de feux d'artifices

                   s'élevant gracieux, s'éblouissent les cieux...

 

(1) Le Nôtre : Jardinier en chef, créateur du Parc et des Jardins du Château de Versailles, et ami de Louis XIV.

(2) Encelade : Chef des Géants, révoltés contre Zeus le père des dieux ; écrasé sous l'île de Sicile, ses mouvements et sa respiration se manifestent par les secousses et les éruptions du volcan Etna.

(3) Apollon-Phébus : Fils de Zeus et de Léto, frère jumeau de Diane-Artémis-Phébé, et dieu de la lumière, de l'harmonie et de l'oracle, dieu de la Médecine et de la purification, de la musique, de la danse, de la poésie, des arts et des sciences, dieu de la jeunesse éternelle, etc...

(4) Trianons :  Le Grand Trianon ou Trianon de marbre, est un château que Louis XIV fait construire en 1687 par Jules Hardouin-Mansart, au sein du parc du château de Versailles. Le Petit Trianon est un domaine du parc du château de Versailles, comportant un petit château entouré de jardins de styles variés.

(5) Ambroisie : nectar, nourriture des dieux et «huile divine, fleurant la rose, » utilisée comme onguent pour oindre et préserver le corps des dieux, ou pour conférer à un mortel l'immortalité.

                                                                       

 

 

 

 

           Découvrir le domaine

 

                             

                                                        --------------------------- 

                                               ~    La Joconde  ~

                Au Louvre aux beaux salons allons voir La Joconde,

                où son charmant visage au sourire gracieux,

                d'un surprenant regard vous poursuivant des yeux,

                restera, pour longtemps, des plus jolis du monde.

 

                Tant d'âme, et de présence, a sa figure ronde...

                Et son buste, et ses mains au dessin délicieux !

                Ce divin Léonard(1) , aux dons prodigieux,

                depuis le roi François sa légende se fonde...

 

                C'est qu'il est si vivant, c'est qu'il a tant d'attrait,

                des siècles se riant, ce sublime portrait

                d'éternel féminin : jeune mère, ou amante ?

 

                épouse au bonheur sûr, dans sa sérénité ?

                Vierge à l'Enfant Jésus(2), dans sa Félicité ?

                Nul doute, assurément : c'est une femme aimante.

 (1) Léonard de Vinci, bien sûr, 1452-1519, le célèbrissime auteur de La Joconde, entre autres chefs-d'oeuvre, et hôte du roi François 1er au château d'Amboise (Indre-et-Loire) où il résida jusqu'à sa mort.

 (2) L'Enfant Jésus n'y figure pas, mais on peut se l'imaginer, comme on peut le voir sur d'autres oeuvres célèbres réalisées par le peintre.

                   

                              Image illustrative de
 l'article La Joconde     

                                             

                                                                    ---------------------

 

              

                                   ~    L'Angélus de Millet(1)   ~

              "L'Angélus" de Millet, dans sa douce lumière

                  ce couple paysan, très humble, s'est penché,

                car tinte à l'horizon, de son lointain clocher,

                le timbre répété : c'est l'instant de prière.

 

                Dans toute la campagne, et par la France entière,

                courbé sous le soleil, chacun s'est dépéché,

                de grand coeur à l'ouvrage, et, pour s'en détacher,

                retentit dans les airs l'heure crépusculaire.

 

                Quand sonne l'Angélus, dans les ors du couchant,

                l'audience des croyants s'éjouit d'un beau chant :

                puisqu'est venu du ciel, à la Vierge Marie,

 

                l'Archange Gabriel à l'Annonce bénie...

                Dans sa Grâce, la Foi conforte ses élus,

                de l'aube jusqu'au soir, quand sonne l'Angélus.

      (1) "L'Angélus", sonné 3 fois,  matin, midi et soir, est une prière traditionnelle, et aussi une peinture à l'huile très connue, exposée au Musée d'Orsay à Paris, et réalisée en 1857 par Jean-François Millet, auteur d'autres représentations paysannes, comme  "Les Glaneuses", ou "La Récolte des pommes de terre",  témoignant de la vie des habitants des campagnes. 

                 

 

                                                                  -------------------

 

 

    

                    Paris Tour Eiffel      

                      Paris, ta tour Eiffel fait-elle sa frivole,

              à fuser sa chandelle(1) en se haussant du col ?

               Là, sur les bords de Seine, où on la tient au sol,

               le monde entier s'y presse, avant qu'elle s'envole !

 

               Il paraît qu'amoureuse elle en perd sa boussole,

               là-bas, par La Défense(2), à lorgner son "guignol" !...

               Par un beau mariage, et une messe en "sol

               majeur", à Notre-Dame, il faut qu'on la console !...

 

               La princesse en dentelle et son prince officiel

               ne rêvant, voyez-vous, que de septième ciel,

               à nous d'organiser ces hautes épousailles :

 

               pour la noce, on voudrait l'espace d'un palais,

              des jardins pour danser, au soleil s'il vous plaît :

              C'est qu'il faut qu'on s'en aille au château de Versailles !

  (1) "Fuser en chandelle" ou "partir en chandelle" : avec un air de fusée... prête à décoller, la tour Eiffel n'était-elle pas en avance sur son temps, posée et lancée comme une promesse des progrès futurs ? De quoi s'ouvrir le ciel...

  (2) Les parisiens, et tous les visiteurs de Paris, connaissent les hautes tours du quartier de La Défense.

                                               

                                  

 

    

 

 

----------

     

 

                                       ***   Paris Notre-Dame(1)   ***

                    Quand sonnent à Paris, des tours de Notre-Dame

                les cloches et bourdons, s'envolent carillons, 

                s'envolent à l'azur comme des papillons

                sur les ailes du vent légères oriflammes :

 

                Passant la tour Eiffel, étincelante flamme,

                et passant Saint-Denis, de Hautes Dévotions,

                s'en viennent des clochers par les quatre horizons,

                ces échos s'assonant d'ancestrales "Sésame"...

 

                Tels, par toute l'Europe et par tout l'Occident,

                par l'Afrique et l'Asie et les cinq continents,

                passeurs d'éducation, tant d'hommes, tant de femmes,

 

                s'en sont allés, porteurs d'idéaux prodigieux,

                patients éducateurs, dévoués religieux...

                que partout "Amour" gagne, à ce supplément d'âme.

   (1) Ce poème m'a été inspiré à l'occasion du renouvellement de 9 des 16 cloches (il y en eut jusqu'à 20 !) dans les tours de Notre-Dame, en février 2013, dont le petit bourdon "Marie" de 6 tonnes et de 2 mètres de diamètre (le bourdon "Emmanuel", classé monument historique, y dépasse les13 tonnes!). Les cloches nouvelles et bourdons ont été sonnés pour la première fois lors de la cérémonie d'inauguration, qui s'est déroulée le 23 mars 2013,  sous la présidence de Mgr André Vingt-trois, Cardinal Archevêque de Paris, et en présence des officiels et personnalités, parmi la foule des parisiens et des  touristes.

De la Cathédrale on peut voir, écouter et s'en faire sonner les cloches (impressionnante symphonie !), en cliquant sur ce site : https://www.youtube.com/watch?v=u8cJRIud0KE On écoutera sur la même page d'autres belles et grandes voix de cloches : celles de "Big Ben" à Londres, de Baden-Baden en Allemagne, de Bruxelles en Belgique, et beaucoup d'autres en concerts...

S'y entend aussi l'orgue magnifique, avec les merveilleux morceaux du grand Jean-Sébastien Bach...  

                             https://www.youtube.com/watch?v=8dQCvAQhIwA  

                             https://www.youtube.com/watch?v=bkUUjUJ4wHg

                             https://www.youtube.com/watch?v=Rb0UmrCXxVA

                 Et ci-dessous la virtuose Alison Balsom et sa trompette éblouissante : 

                            https://www.youtube.com/watch?v=6-ojM-rfkkc&list=RD6-ojM-rfkkc#t=96

                             https://www.youtube.com/watch?v=V8hne2olwag

                             https://www.youtube.com/watch?v=B1eyZAedhY4

                         Et aussi Sarah Chang avec son violon magique ci-dessous :

             https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=gpS_u5RvMpM#t=1

             https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=pwe-ST36KaM

             https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=L44QmaY4_VA

                                      Vanessa Mae ? Oui, pourquoi pas ?

            https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=X3jxIZyrwrg#t=3

                                    Encore ?... Ben oui ! (On n'ira pas se plaindre)

             https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=3x6qLGkyKfk

                                       Un bout de ciel bleu, un rayon de soleil...:

             https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=Hg8Fa_EUQqY

             https://www.youtube.com/watch?v=PNc278W45ck&feature=player_detailpage

                                                                                                                                               

     *********

                                                         

                                           (2)

 

                                 ***   "Le Journal d'Anne Frank"   ***

                 Qu'il est éblouissant ton journal, Anne Frank :

                 Qu'en nous brisant le coeur il parle de "courage",

                 et "patience", et "bonheurs", de prisonnière "sage"

                 gardant sa "bonne humeur", et son "langage franc"!

 

                           C'est d'un "vaillant soldat"(dans quel monde souffrant !...)

                croyant à "l'Homme", à "Dieu", noble soeur à l'ouvrage,

                nous enseignant l'Amour, l'Honneur et le partage

                lorsqu'on "aime les gens", lorsqu'on a le coeur grand !

 

               "La guerre est un scandale !" hurlait ton innocence ;

               "la femme égale à l'homme !" annonce ta prescience

                d'écolière studieuse, au coeur pur, ingénu,

 

                et de "nature heureuse" : adieu crainte et ténèbres...

                Et ton nom brillera par l'Univers, connu,

                sans cesse étincelant, d' "un écrivain célèbre"(1) !

           (1) Anne Frank voulait être "journaliste" et devenir un "écrivain célèbre", a-t-elle mentionné dans son fameux Journal, qu'elle avait commencé d'écrire le jour de ses 13 ans, sur son cahier rouge à carreaux. Un cahier qu'elle avait reçu en cadeau de son père, pour son anniversaire(*). Elle a, malgré tout, atteint son but, puisque son Journal, qui est depuis édité dans le monde entier, continue d'avoir un succès considérable. Et quantité de rues, d'écoles, de jardins, de places, d'établissements... portent son nom.

(*) Une date anniversaire de surcroît, pur hasard, doublement et intimement mémorable à l'auteur de ce poème.

 (2)On remarquera, en 1ère photographie au-dessus de ce poème, la coiffure d'Anne Franck "à la Mickey", touchant clin d'oeil d'une préadolescente, à peine au sortir de l'enfance (un "détail" qui ne saurait échapper à un ancien abonné au journal Mickey). 

         

        

 

 ******* 

  Et puis quelques "Fables du Jardin" (après les "Fables de la Fontaine")(1) pour sourire, inspirées des fables d'Esope :

après les versions de Phèdre, d'Avianus, de La Fontaine et de tant d'autres, voici les miennes, plus au goût du jour peut-être, en tous cas plus contemporaines ...

éducatives aussi, avec leurs nombreuses références mythologiques (n'oublions pas combien notre langue, notre culture, notre civilisation, nos valeurs, notre démocratie... sont aussi héritières de la civilisation gréco-romaine, les romains ayant occupé, comme chacun sait, toute l'Europe et tous les pays du bassin méditerranéen durant plusieurs siècles). 

  (1) "çà coule de source !" me direz-vous, évidemment... 

                                                            -----------------

                                         

                   ~  Le Renard et le Loup  ~ 

                                          (mirage, encage, entourloupe et recours)  

             La lune, au fond d'un puits, brillait comme un fromage !

             Un renard s'en affole, à sauter dans le seau...

             descendant !... Ce palan lui joua, pauvre sot,

             la balance de Zeus(1), fatale à son pesage !

 

             Affligé, déconfit, dupé par un mirage,

             goupil est en prison, pris comme un jouvençeau !...

             Mais comment ressortir, à moins d'être un oiseau,

             ou l'audacieux Dédale(2) envolé au nuage ?...

 

             Au loup, passant par chance, il lance cet enjeu :

            "Ami ! ce bon 'goûteux', partageons-le à deux :

             ce seau là-haut, gratuit, vous conduit au régal !"

 

             Glouton, tel Polyphème(3) envieux du vin d'Ulysse(4),

             le loup plonge ! "... et son poids, hisse le faux complice

             en un tour peu moral !" dira le tribunal(5).

                                                     

 (1) Zeus (on prononce "dzeuss") est dans la Mythologie grecque le père des dieux, et le roi des hommes : dans l'Iliade il pèse, sur sa balance d'or, le sort et la destinée de chacun.

 (2) Dédale et son fils Icare, grâce à leurs ailes fabriquées en plumes, collées avec de la cire d'abeille, avaient réussi à s'évader du Palais du roi Minos, en Crète, qui les tenait prisonniers dans le fameux "labyrinthe". 

 (3) Polyphème est un des Cyclopes (ces géants n'ayant qu'un seul oeil, et vivant dans des cavernes), qui retenait prisonnier Ulysse et se délectait de son vin.

 (4) Ulysse, dont les aventures merveilleuses nous sont contées, par Homère, dans l'Odyssée.

 (5) On comprend tout-à-fait que le loup, sitôt remonté (on ne sait par qui, d'ailleurs, une partie des archives ayant été perdue...), ait aussitôt couru porter plainte au tribunal (mettez-vous à sa place !).

                            

                     

                                          

 

                                                      --------------------------

 

       

                                         La cigale et la fourmi, 

                                             ou à chacun sa vie.

                           La cigale a chanté, l'été, comme une folle,

                  lancinant la campagne en strident(1) festival...

                  tandis que la fourmi, au doux  temps estival,

                  prévoyante à l'hiver, ignore la frivole :

                             

                  Qu'il fasse beau, qu'il tonne, averse ou vent d'Eole(2),

                  regardez-la qui part, trottant petit cheval,

                  faire de peu son miel, en joyeux carnaval

                  avec sa soeur l'abeille, hôtesse à même école !

                                                                                  

                  La première a raison de fêter le soleil,

                  car le fil de sa vie, avant le "grand sommeil"(3),

                  sera bientôt si tendre au ciseau de la Parque(4)...

    

                  La seconde, n'étant pas de la même barque(5)

                  elle, hiberne au logis, prend sa pause, s'endort :

                  elle a, comme Jason(6), conqui la toison d'or.

 (1) Pour mémoire : la cigale "stridule" quand elle chante (du latin "strideo" : produire un son "strident", aigu, perçant).

 (2) Eole est le dieu du vent bien sûr (... d'où les "éoliennes").

 (3) La cigale ne vit que six semaines, et donc ne survit pas à l'été, contrairement à la fourmi.

 (4) Les Parques dans la religion romaine, identifiées aux Moires des grecs, sont les trois soeurs fileuses qui président à la destinée : l'une à la naissance, l'autre au mariage, la troisième à la mort.

(5) Dans sa "barque", Charon le nocher des enfers, emportait les âmes des morts, pour leur faire traverser le fleuve Achéron (ou le Styx), et les  conduire au séjour des morts.

(6) Jason, avec ses compagnons "Les Argonautes", partit à la conquête de "la toison d'or", qu'il rapporta de Colchide où elle se trouvait, avec la complicité de la princesse et magicienne Médée. 

                             

         

                                                           --------------------------

                    

                                            

                                              

                            Lion et âne chasseur, 

                               ou l'inconnu fait peur.

                     Un lion, d'assez longtemps, n'avait orné sa table

              à la mode des lions, de gros et gras gibier !

              Lassé des insuccès, il place un équipier :

              "Baudet (l)e sauvera d'affût trop peu rentable !..."

 

             " Toi l'âne, lui dit-il, dès ta voix formidable

              explosant en sous-bois : zèbres, gnous, sangliers

              s'enfuyant tous, vers moi s'en viendront réfugier,

              contents de s'échapper d'un monstre épouvantable ! "(1)

 

              A l'instant décidé, ce stentor débridé

              s'éclata d'un tonnerre à damner Jupiter(2) :

              le lion fit l'hécatombe à s'en mettre au rebut !...

 

             "Quid du concert ?" dit l'âne à son maître repu.

             "Sans en savoir l'auteur ? fit Léo, ho ! problème :

              Il se peut qu'effrayé j'aurais bien fui moi-même(3) ..."

    (1) Sans doute ces pauvres bêtes, terrorisées et affolées par l'idée d'un monstre effroyable et inconnu, un terrible animal impitoyable et sanguinaire comme on peut l'imaginer, eussent préféré, à tout faire, entre deux maux choisir le moindre : qu'il fut moins dommageable et pénible de se faire dévorer seulement par un animal connu et ordinaire, un simple lion, en somme. On peut les comprendre, à tout prendre en effet.

     (2) Zeus-Jupiter, le père des dieux dans la mythologie Grèco-Romaine, et maître de la terre et du ciel, était souvent représenté avec un éclair à la main : il disposait de la pluie, de la grêle, de la neige, de la foudre et du tonnerre !

      (3) En effet : qui, entendant braire un âne pour la première fois, n'a pas songé à s'enfuir très vite ?!...

 

                           

 

                                                              --------------------------

 

                            

                                        L'oeil du Maître

                           Un cerf, fuyant la meute hargneuse et les chasseurs,

                  fila des bois de Diane(1) aux portes d'une étable

                  où, s'étant plaint aux boeufs de son sort lamentable,

                  on fait qu'il disparaisse au nez des agresseurs.

                                             

                  - Merci ! dit-il. Je pars quand de Phébus(2) la soeur,

                  déployant ses lueurs, me sera profitable.

                  - Nos gens, l'assure-t-on, n'ont rien de redoutable :

                  l'Argus(3) aux cent yeux, seul, vous serait tracasseur.

                            

                  S'en viennent régisseur, bouviers, valets de ferme :

                  chacun, suppléant Zeus, mène l'ouvrage à terme,

                  mais du cerf en ramure aucun n'a vu l'écueil !

 

                  La visite du Maître en fut d'un autre augure :

                  ce crâne, trop branchu, lui saute à la figure !...

                  Maints suppléants à Zeus, seul le Maître en a l'oeil.

  (1) Diane, fille de Zeus-Jupiter et de Léto-Latone, était la Déesse des bois.

  (2) Phébé-Diane-Artémis-la lune, bien sûr, est la soeur jumelle de Phébus-Apollon-le soleil.

   (3) Argus-Argos est le gardien "aux cent yeux" de la Mythologie. Il était chargé par Héra, l'épouse de Zeus, de surveiller "Io" sa rivale. Celle-ci était provisoirement transformée en vache par Zeus, qui voulait ménager la jalousie de son épouse. Ici, les boeufs comparent le Maître (et propriétaire) à Argus.

                                          

                                                                     ---------------------

 

                               

                                          ~   Le lion et le lièvre  

                                   ou de la coupe aux lèvres   ~

                           Un lion n'avait trouvé qu'un lièvre pour dîner,

                  lequel, se prélassant dans les bras de Morphée(1) ,

                  passait d'un doux sommeil aux affres du trophée :

                  S'en fut-il offusqué !  L'autre en fut indigné !!...

 

                  Le roi des animaux ne sait ratiociner :

                  Ce très puissant gourmet, en viande est pur orfèvre,

                  où buffle, zèbre ou gnou, gazelle ou grasse chèvre

                  est son plat ordinaire !... et sans plus badiner !!...(2)

 

                  "Quoi donc ! rugissait-il, d'une carne profane

                  on veut m'amuser, moi, seigneur de la savane ?!!"

                  Un aveu de trop peu, que nul ne déplora,

 

                  du peuple s'enfuyant d'un galop mémorable,

                  au vent du lièvre sauf !... et s'en conclut la fable :

                  Quand Diane donnera, content l'honoreras.

   (1) Morphée était fils du Sommeil (Hypnos) et de la Nuit (Nux) : il était muni d'ailes, et pouvait apparaître sous différentes formes, au cours des rêves. Tenant une tige de pavot, il favorisait le sommeil. D'où l'expression "être dans les bras de Morphée".

    (2) sans plus "badiner", ou sans plus plaisanter.

   

    

                                                         --------------------

 

                       

                                              ~  Les ânes en supplique

                                à Zeus : et tout s'explique !...  ~

                          Les ânes, excédés de bâter sur leur dos

                          la charge de Sisyphe(1)("injustifiable offense !"),

                 dépêchèrent à Zeus, aux fins de délivrance,

                 leurs plus fins débatteurs "d'herculéens travaux !"

 

                Zeus, d'antan supportait leurs fracassants échos,

                       assourdisseurs d'Olympe !(2) ... Il décrète d'urgence :

                la fin du tintamarre !... et frein sur leur outrance !...

                Bref, de braire en sourdine, "ou sinon du fardeau !!!"

 

                L'Ane a mis un bémol à sa voix formidable !...

                l'Homme a fait un effort : plus de sacs à la diable,

                plus de paniers tassés, ulcèrant Cadichon(3) !...

 

                Depuis, l'oreille en paix, nous profite, propice,

                un tel blâme de Zeus ! Que serait-ce sinon,

                si l'âne, à cent pour cent, s'éclatait en caprice !?!...

  (1) Les ânes se comparent à Sisyphe, qui était un fils d'Eole : ayant offensé Zeus, il fut condamné à rouler un énorme rocher vers la cime d'une montagne, mais sitôt parvenu au sommet, le rocher roulait à chaque fois en bas, et Sisyphe était éternellement condamné à le remonter.

  (2) L'Olympe est une montagne de Grèce au sommet de laquelle, dans leur palais, résidaient les dieux.

  (3) Ceux qui ont lu "Cadichon ou les mémoires d'un âne", le délicieux conte de la Comtesse de Ségur(*), se souviennent des malheurs de "Cadichon", se plaignant des charges qu'on entassait sur son dos, et qu'il devait transporter jusqu'au marché !...

(*) La Comtesse de Ségur a aussi écrit d'autres contes à succès, destinés aux enfants (et qui ont certainement réjoui, dans leur jeune âge, beaucoup de mes lecteurs) : "Les malheurs de Sophie", "Un bon petit diable", "Le Général Dourakine", "Les Petites Filles modèles"... 

                                     

 

                                               ----------------------------

 

                           

                                 ~  Les deux ânes, l'argent du fisc

                                       et "le trésor"  ~

                    Deux ânes trottinaient : l'un fier des pièces d'or

              sonnant à ses paniers, l'autre aux sacs remplis d'orge,

              pleurant d'Héphaïstos(1) les présents de la forge,

              accusait la Fortune insensible à son sort.

 

              Le premier paradait, de sa voix de stentor

              chantait, glorifiant "son" trésor à pleine gorge,

              s'envolait tout léger, songeant "rêvè-je ? dors-je ?

              Ou suis-je le frèrot, ailé, de Chrysaor(2), ?"

                                              

                     D'où, se guidant au bruit, des brigands en campagne

              ont surpris, pillé l'or, puis gagné la montagne :

              les gardes sont sonnés, l'âne en reste étourdi !...

 

              Triplement rassuré, son compagnon lui dit :

              "J'ai sauvé l'essentiel : Au trésor de Cybèle(3),

              ce soir on fera fête !... et la vie est si belle !"

   (1) Héphaïstos-Vulcain, fils de Zeus et de Héra, bien que boiteux était le très habile dieu du feu, et dieu des forgerons chez les grecs et les romains.

    (2) Le frère ailé de Chrysaor est Pégase, le cheval ailé. Ils sont tous deux sortis du cou de la monstrueuse Gorgone-Méduse, décapitée par Persée.

    (3) Cybèle des grecs, Rhéa des romains, assimilée à la Mère des dieux, était la divinité de la terre et de la végétation... Et les ânes, à l'arrivée d'étape, sont accoutumés à recevoir leur ration d'orge, dont ils sont très friands.

Nota.- Il est ici chaque fois présenté les noms des dieux grecs avec les noms correspondants des mêmes dieux romains : il est intéressant, à ce propos, de rappeler l'habileté des romains, lesquels ayant vaincu les grecs à la guerre et, constatant la beauté et l'avancée de la culture et de la civilisation grecques, n'ont pas hésité à adopter et à faire leurs les dieux grecs, même sous un autre nom, en plus d'apprendre et d'assimiler la langue grecque et la culture grecque et de les faire enseigner à leurs enfants.

Ainsi de toutes les époques, où les hommes ont appris avec sagesse les uns des autres (dès l'Egypte, la Phénicie, la Grèce...), s'empruntant leurs dieux au cours des âges, parfois sous des noms différents ou avec quelques variantes, selon les moeurs ou les coutumes des différents pays, et attentifs à reproduire en écho les architectures, les temples, les arts, les prières, etc... en s'enrichissant mutuellement, et au fur et à mesure, de leurs avancées, leurs progrès, leurs sciences, leurs techniques, leurs Cultures, leur humanité ou leur bienfaisance... 

Rien de nouveau sous le soleil ! Chacun peut le voir, hier comme aujourd'hui, et ainsi progresse l'Humanité : ainsi passent les croyances(1) et les civilisations, seuls demeurent, prospèrent, s'accroissent et s'amplifient les progrès scientifiques et technologiques(2) et, espèrons-le, les progrès humains : tolérance, humanisme, ouverture aux autres et développement.

(1) Avec parfois leurs excès : intolérance,  sectarisme injustifié, prétentieux et ridcule, fanatisme aveugle et criminel des ignorants(*), "moutons de Panurge" ne sachant pas réfléchir par eux-mêmes, et guidés par des criminels aussi ignorants qu'eux des réalités de notre temps (des ignares à faire pitié). Car si un Dieu existe, c'est qu'il est le même pour tous, et donc pourquoi aimerait-il plus ces criminels que ses autres enfants qu'il a Lui-même crés et guidés sur le chemin de la croyance ou de l'incroyance. Et si ce Dieu n'existe pas bien sûr, alors la question ne se pose même pas et ce fanatisme est donc injustifié et ridicule, etc ...

(*) Ces gens se prennent pour le centre du monde, alors que notre Terre elle-même  n'est qu'un grain de sable, une poussière parmi la poussière de l'Univers, à côté de notre Soleil, qui n'est lui-même qu'une poussière, une étoile parmi des milliards d'étoiles, dans notre galaxie la Voie lactée, elle-même poussière perdue dans un univers de poussière, parmi des milliards et des milliards de galaxies contenant des milliards et des milliards d'étoiles avec des milliards et des milliards de planètes... Est-ce que parmi les milliards de grains de sable de  la dune il pourrait s'en trouver un seul, sur lequel des habitants microscopiques pourraient se considérer plus méritants que d'autres habitants de ce grain de sable, avec un dieu qui leur commanderait d'aller exterminer leurs frères ? C'est ridicule et insensé. Non ! Finalement les hommes feraient beaucoup mieux de s'entr'aider, afin d'atteindre d'autres résultats plus bénéfiques à tous...

(2) Depuis la première flèche en silex taillé du chasseur préhistorique jusqu'à la fusée lancée à la conquête de l'espace, ou depuis la médecine égyptienne ou chinoise antiques jusqu'à l'intervention sur le génome aujourd'hui...

                                                                    ------------------------

 

                        

                                            ~  Le lion et le rat  ~

                            Sous la patte d'un lion, un jour, un brave rat

                 s'égara, comme Ulysse à l'antre du Cyclope(1) !...

                 Comme le roi d'Ithaque, époux de Pénélope,

                 espèrant, sain et sauf, qu'il s'en réchappera...

 

                 Ce fauve, n'étant pas animal d'apparat,

                 lui, n'était pas sensible aux lyres de Calliope(2) !...

                 pas au fifre d'Orphée(3) (on l'aurait su d'Esope !)(4),

                 pas au pleur d'un captif, mais... il l'épargnera.

 

                A quelque temps de là, ce félin, dans la maille

                d'un filet de chasseur, se voit livrer bataille :

                qui eut cru qu'un rongeur, d'un lion fut sauveteur,

                        

                 ce filin ne cèdant qu'aux dents du grignoteur ?

                 Cette histoire est morale, et prouve, à l'évidence,

                 qu'à toute bienfaisance un jour sa récompense.

   (1) Ulysse, le roi d'Ithaque et époux de Pénélope, au cours de ses aventures fut retenu prisonnier dans la grotte du Cyclope, lequel avait déjà dévoré deux de ses compagnons.

    (2) Calliope est, des neuf muses ses soeurs, celle de la poésie lyrique. Elle fut parfois considérée comme la mère d'Orphée.

    (3) Orphée était chanteur, musicien, poète, et jouait de la lyre et de la cythare, enchantant les dieux aussi bien que les bêtes fauves, les arbres ou les plantes. Il était l'époux d'Eurydice.

    (4) Le grec Esope est considéré comme l'inventeur des fables, environ 6 siècles avant JC.

                                  

                                                         ---------------

 

                         

 

                                 ---    L'âne en habit fantasque,

                             que le Renard démasque   ---

                  Un âne, découvrant la dépouille d'un lion,

                  s'en vêt pour effrayer ses frères quadrupèdes,

                  et rire à leurs dépens ! L'effet fut sans remède :

                  n'ont dieu Mars(2) les grisons, n'ont de Napoléon... 

 

                  Bel effroi général, la légende d'Ilion(3)

                  soufflant sur la savane : "Achille(2), sans Diomède(4),

                  dispersait à lui seul la ribambelle Mède! (5)",

                  en riait notre Esope, Homère(6) ès Cadichons.

 

                  Un fier renard, pourtant, osa faire barrage :

                  "Bravo ! lui dit baudet : avec ton beau courage,

                   prétends-tu t'opposer à ma griffe, à mes crocs ?!"

                

                  "Ton habit, dit Goupil, comporte maints accrocs !...

                   Et maintenant ta voix, certes peu ordinaire,

                   me rappelle quelqu'un... que j'ai entendu braire !"

    (1) "Religion" de la guerre, bien sûr, puisque le dieu Mars est le dieu de la guerre chez les Romains.

    (2) Ilion ou Troie, est cette cité qui fut attaquée et détruite par les rois grecs coalisés. Homère nous en rapporte, dans l'Iliade, les combats et la défaite, due au "cheval de Troie" qu'Ulysse occupait avec ses compagnons, et qu'il avait réussi à faire pénétrer dans la ville. (Ainsi parle-ton aujourd'hui de "cheval de Troie" : ces virus qu'on parvient à faire pénétrer dans votre ordinateur et qui peuvent y causer bien des dégâts.)

    (3) Achille et Diomède étaient deux des héros grecs de cette guerre qui a duré dix ans.

    (4) Les Mèdes, dont les Troyens, étaient un peuple de l'ancienne Perse.

    (5) Homère était un aède, poète auteur de l'Iliade et de l'Odyssée, qui aurait vécu au 8ème siècle avant JC, et qui chantait dans ces deux épopées des faits datant du 12ème siècle avant JC.

   

                             

 

                           Et, pour les plus petits, une version plus

                      facile peut-être, à mimer et à chanter :

 

                             ~  L'âne déguisé en lion et le renard  ~

                                C'est un âne décidé

                                               à s'amuser,

                                 qui s'en va se déguiser !

                                 Mais pour réussir la fête,

                                 il s'est caché corps et tête,

                                 en s'habillant, sans façons,

                                 avec la peau du roi lion !

                                 Dès qu'il parut, ô stupeur,

                                 ses amis ont eu si peur,

                                 que chacun, fort affolé,

                                 se sauvait de tous côtés !

                                 Sauf que restait, goguenard,

                                 à l'observer, un renard :

                                 - Hé, bravo ! lui dit Baudet,

                                 toi qui sais me regarder,

                                 n'as-tu pas peur du péril

                                 de ma griffe et de mes crocs !?

                                 - Ton habit, répond Goupil,

                                 s'il fait voir quelques accrocs,

                                 ta voix très peu ordinaire

                                 dévoile un lion qui sait braire !

                                 L'ouïe et les yeux affutés,

                                 vive les renards futés !

 

                                                               ------ooOoo------

 

                                              ~  L'alphabet-contine 

                                   Les enfants, dès leur plus jeune âge,

                          sont capables de répéter après vous,

                          et d'apprendre l'alphabet :

               1- L' adulte dit ou chantonne : a, b, c, d, j'ai regardé

                   L' enfant dit ou chantonne : a, b, c, d, j'ai regardé

               2- L' adulte dit ou chantonne : e, f, g, h, un' petit' vache

                    L' enfant dit ou chantonne : e, f, g, h, un' petit' vache

               3- L' adulte dit ou chantonne : i, j, k, l, trois hirondelles

                    L' enfant dit ou chantonne : i, j, k, l, trois hirondelles

                     4- L' adulte dit ou chantonne : m, n, o, p, sont occupées

                     L' enfant dit ou chantonne : m, n, o, p, sont occupées

                     5- L' adulte dit ou chantonne : q,  r,  s,  t, à voleter

                           L' enfant dit ou chantonne : q,  r,  s,  t, à voleter

                6- L' adulte dit ou chantonne : u, v, w, x, il en vient six

                     L' enfant dit ou chantonne : u, v, w, x, il en vient six

                      7- L' adulte dit ou chantonne : y, z, à tire-d'ailes.

                    L' enfant dit ou chantonne : y, z, à tire-d'ailes.

                Essayez vous aussi : votre enfant apprendra très vite, et répètera

                              de lui-même cet "alphabet-contine" : 

                              a, b, c, d, j'ai regardé

                              e, f, g, h, un' petit' vache

                               i,  j,  k, l, trois hirondelles

                               m, n, o, p, sont occupées

                               q, r, s, t, à voleter

                                u, v, w, x, il en vient six

                                y, z, à tire-d'ailes.

                                      ... et il connaîtra, lui aussi, son alphabet !

           (Une méthode globale aussi, et de plus poétique, et qui en vaut bien une autre...

                 Et qui n'a pas empêché les Socrate, Michel-Ange, Mozart, Einstein... )

                                          -----ooOoo-----

 

                           

                                 --ooo  Hélène au pot de lait  ooo--

               Dessous son pot de lait, l'Hélène se parlait :

               "Je crois bien, disait-elle en allant au village,

               sans être la Cassandre(1) au malheureux présage,

               en avoir assez d'oeufs... si le Ciel le voulait !

 

               A la maison déjà, ce dessein prévalait :

               Que l'on eût les poussins, après le beau couvage !...

               qu'élever les poulets... ne coûta pas courage !...

               qu'à leur prix !?... de brebis en troupeaux on all... hè ?!..."

 

               Hélas, sur le chemin, une pierre fatale

               a fait chûter Hélène, et son lait, qui s'étale !...

               Cet excellent programme, il ne faut qu'y surseoir,

 

               car, lorsque tout s'effondre, il vous reste l'espoir ;

               D'Hésiode(2) disons l'or d'un bon mot qu'on adore :

               "Qu'Espoir(3) y dort encor dans l'urne de Pandore(4) ".

   (1) Cassandre est la fille de Priam et d'Hécube, le roi et la reine de Troie : Apollon lui avait donné le don de prédire l'avenir, mais il décida qu'elle ne serait jamais crue, car elle se refusait à son amour.

    (2) Hésiode était un aède, chanteur-poète, du 8ème siècle avant JC, contemporain d'Homère et auteur de deux longs poèmes : "Les travaux et les jours", et "La Théogonie" (l'origine des dieux), un rappel de la Mythologie grecque.

    (3) La Fortune, hasard ou destin, est ici liée à l'Espoir (de "bonne fortune").

    (4) Lorsque Pandore, épouse d'Epiméthée, ouvrit l'urne (ou jarre) malgré l'interdit de Zeus, il s'en échappa tous les maux qu'elle contenait (et qui, depuis, assaillent l'humanité), et lorsqu'elle voulut la refermer c'était trop tard : mais il restait au fond de la jarre l'Espoir.

                                        

 

                                                     ---------------------------

 

                            

                                    Le paysan et ses enfants

                  Un paysan jadis, anobli du grand âge 

                  et  promis à Pluton(1), disait à ses enfants :

                  "...quels trésors importants, Rhéa(2) les enfouissant,

                  leur dérobe et les cache, au fonds, dans l'héritage !"

 

                 Tels, peu de temps plus tard, affectés par l'outrage(3)

                  de l'infaillible Parque(4) au noir fuseau filant,

                  tous ensemble, au discours de l'aïeul se fiant,

                  vont, culbutant la terre, en faire un grand battage !...

 

                  Ils n'eurent point le sort - vu qu'ils furent point sots -

                  des matelots d'Ulysse(5) abêtis en pourçeaux,

                  tant du champ travaillé la récolte fut bonne,

 

                 n'ayant point vu Circé(5), mais Vertumne et Pomone(6)!...

                  Forts de ce mot du père, ils eurent bel essor,

                  en trouvant dans l'effort la source du trésor.

   (1) Hadès-Pluton(ploutos=riche), frère de Zeus-Jupiter et de Poséidon-Neptune, était le dieu des morts, des Enfers et du domaine souterrain, et "riche" de ses nombreux morts.   

    (2) Rhéa-Cybèle (épouse de Cronos-Saturne) divinité de la Terre, personnifie la puissance de la végétation.

    (3) Voir à la suite le poème "Savoir-vivre" en 2084, qui est la réaction moderne à cet "outrage" en question !

    (4) Cette Parque-Moire est, des trois soeurs filandières, celle qui cisaille le fil de la vie.

    (5) Les matelots d'Ulysse avaient été transformés en pourceaux par la magicienne Circé, au moyen d'un "philtre" mélangé à la boisson qu'elle leur présentait.

    (6) Vertumne, dieu étrusque et romain des saisons et de la fécondité de la terre, était protecteur de la végétation et des arbres fruitiers ; Pomone, la femme de Vertumne selon Ovide, était la divinité romaine des champs et des jardins.

 

                      

                               

                                                                     ---------------

 

                                            

 

                                                      ***  Le Petit Prince  ***

                      Le Petit Prince, un soir, a rejoint son étoile ;

                      à son ami Antoine il a dit ses adieux,

                      adieux au doux renard, au grand désert sableux :

                      un éclair de serpent, et il a mis la voile...

 

                      Le Petit Prince songe... or, son mouton, sa rose,

                      ses hôtes sur l'étoile, enchantent sa maison.

                      Il songe et s'émerveille : il contemple, à foison,

                      des couchers de soleil, dans un ciel bleu et rose...

                                        

                                 Oh ! "L'essentiel, n'est pas visible pour les yeux",

                      lui disait, en secret, le renard malicieux :

                     "Si, un jour, son mouton allait manger la rose ?!"

 

                      Le Petit Prince, alors, serait trop malheureux...

                      Sur terre, nous aussi, préservons toute chose :

                      Amour, roses, moutons, nous sont trop précieux.

                                   

 

                                                          ------------------------

 

 

                               

 

  ~   Le corbeau "socrateur"

        et le renard flatteur  ~

                        Sur la branche d'un saule, un corbeau "de haut vol"(1),

                     le bec ensoleillé d'un parfumé fromage,

                     agaçait, de Renard, la muse du chantage :

                     "Ave(2) l'astre, aussi beau que Phobos(3) éclat fol !

 

                     Savez-vous qu'en ces bois tout le peuple, à bémol

                     y vivote, impatient de gracieux "croassage" ?...

                     qu'il veut qu'un son de vous : cri, juron, jabotage,

                     vous huppe du "diamant"(4) joli du rossignol ?"

 

                     L'honoré n'en a dit, ni "l'estomac me gratte",

                     ni "chante mieux Orphée(5) après que déjeûné" ;

                     il y songea, je crois, sans avoir lu Socrate(6)...

 

                     car, sage, clos le bec, il ne l'a pas donné

                     son délicieux goûter qu'il dégusta en Maître,

                     et Goupil, dépité, n'a pas su s'en remettre !

     (1) Attention : "corbeau de haut vol " celui-ci !... Et un vrai Maître-Corbeau, notez bien ! Pas du tout le même que "l'autre", vous le savez, celui-là qui s'était bêtement laissé avoir (le malheureux ! ), et qui, en son temps,  fut bien justement (et honteusement ! ) moqué !...

       (2) L'"Ave" latin nous rappelle l'"Ave Cesar..." (Salut César) des gladiateurs pénètrant dans l'arène, ou plus paisiblement-admirablement l'"Ave Maria gratia plena", débutant la prière "Je vous Salue Marie pleine de grâce..."

      (3) Phobos ou Phébus, c'est le Soleil bien sûr, et c'est aussi Apollon le dieu-Soleil, auquel se référait notre "roi-soleil", Louis XIV (protecteur des Arts et des Lettres, tout comme Apollon). Donc "beau comme un soleil", dit le renard au corbeau.

      (4) L'on dit d'un excellent chanteur qu'il a "un diamant dans la gorge".

     (5) Orphée, dans la mythologie grecque, était fils de la muse Calliope : chanteur et musicien, comblé de dons par Apollon, il savait charmer même les plantes et les animaux sauvages. Son épouse était Eurydice.

     (6) "Sans avoir lu Socrate" c'est même sûr, puisque Socrate, grand philosophe de l'antiquité grecque, c'est bien connu, n'a jamais rien écrit ; fort heureusement, son élève et disciple Platon, lui-même grand philosophe, nous a fait connaître la dialectique de son maître. - Philo-sophos, qui aime la sagesse : aussi bien, notre corbeau fut bien "sage" de ne pas écouter le renard.- Pour mémoire Platon eut à son tour comme élève dans son Académie, à Athènes, un autre futur grand philosophe : Aristote. Et pour alléger votre mémoire, vous les enfants, répétez "so-pla-ta", un moyen mnémotechnique pour retenir facilement le nom de ces trois grands philosophes : Socrate-Platon-Aristote, que vous aurez à connaître plus tard....

On peut trouver les textes de ces philosophes, listés par ordre alphabétique parmi d'autres, en cliquant ici : http://remacle.org/index2.htm

                      

                                                                           --------------------

 

                                       

                                                La colombe et la fourmi

                  Cette fourmi dans l'eau tournoyait comme saoûle,

                  en des remous de l'onde hélas souffrant beaucoup,

                  se battait tel Ajax, accablé d'un courroux

                  dont l'éprouvait Pallas en soulevant la houle...

 

                  C'est l'oiseau de Vénus, cet oiseau qui roucoule,

                  descendu de l'azur aux douceurs du mois d'août

                  au ruisseau pour y boire, y ployant son blanc cou,

                  qui tira de l'enfer l'indigente qui coule...

 

                  Celle-ci fit mémoire à tant de charité :

                  ce cours d'eau ne fut pas "à l'oubli du Léthé"...

                  Ce chasseur ne fut pas "l'archer du lac Stymphale",

 

                  un brutal qui, plus tard, visant le blanc pigeon,

                  piqué fort au talon, s'éclatait d'un juron :

                  s'envole la colombe à la brise estivale...

                                                                        

                                  

                                                                                                          

                                                   oooOOOooo

 

                                         Le lion et ses alliés :

                             les associés spoliés.

               S'alliant au lion : renard, loup, chacal, tous anxieux

               d'un gibier raréfiant, peinaient à leur affaire...

               Quand Diane leur fait don d'un gros sanglier, frère

               clôné du Calydon, que Zeus n'eut pas fait mieux !

 

               Le lion, de présidence à ce " festin des dieux ",

               dicta le règlement de sa voix de tonnerre :

              " La prime part, dit-il, plaira au chef de guerre !...

                La deuxième ira mieux... à votre roi glorieux !!   

 

               Se fera étrangler qui touche à la troisième,

               octroyée au plus fort !!!... Bref, le lot quatrième,

               que ma truffe a humé, n'est plus à négocier !!!!... "

 

               D'un tel "butin de Troie", à partager en quatre,

               un seul, son capital s'en sera fait accroître :

               N'est bonne société que d'égaux associés !! 

 

                                                   -----------------------

 

                      

                                            Le lièvre et la tortue

                L'enjeu n'en fut pas Troie, et pas la belle Hélène :

               "Gageons ! dit la tortue au lièvre, un beau matin,

                que j'atteindrai première, untel bouquet de thym !"

              " Au thym ! " fit le rouquin, riant à perdre haleine !...

 

                Puis, voyant s'ébranler cette marathonienne,

                d'herbe en fleurs, de luzerne, il s'entame un festin :

                de parfums, de senteurs, s'enivre ! Il est certain

                d'emporter la gageure en quatre bonds à peine !...

 

                Approchant au zénith, Phébus à mi-parcours

                a vu l'un s'élançant, l'autre achevant son cours :

                la coureuse écailleuse a triomphé en gloire !...

 

                D'une même "coquille" Hermès en fit la lyre...

                En musique, Apollon chantant saurait vous dire :

                "Qu'un effort sur le tard n'est gage de victoire."

 

                 

                                        

                                                                  oooOOOooo

 

                                 Le chêne et le roseau  ~

                Au gracieux roseau, l'arbre du roi des dieux

                   proclamait, glorieux, "qu'altesse du bocage

                   et titan des forêts, il fermait le passage :

                   aux vents, à la tempête, aux autans périlleux !..."

 

                   S'en vient un ouragan, des plus impétueux

                   dont Eole et Neptune affectionnent l'usage :

                   soufflant, balançant tel qu'Ulysse avant naufrage,

                   les enfants du Soleil, de mouvements furieux !...

 

                   Le géant lui fait front, quand l'arbrisseau se couche

                   et se penche le bois, sous l'orage farouche :

                   Qui survivra, du souple ou du prétentieux ?...

 

                   Châtier le matamore on a dû s'y résoudre

                   car, de l'Olympe, Zeus a balancé la foudre :

                   "Orgueil" a fait offense aux puissances des cieux !

 

                                                             oooOOOooo

 

                       

                    

                                            ~  La grenouille et le boeuf :

                                 s'embrouille qui fait l'oeuf  ~

                  L'eussent-ils dérobé, les compagnons d'Ulysse(1),

                  ce boeuf au moins pareil à ceux du "dieu Soleil" ?

                  "L'hôtesse des marais" y restait en éveil,

                  non prise d'appétit, mais d'un autre supplice...

 

                  Donc, avisant sa soeur pour lui rendre justice :

                 "L'as-tu vu, dit-elle, hé ? ce vivant appareil ?!

                  Ou bien je le surpasse, ou j'en perds le sommeil !"

                  Et la voici qui souffle, et s'enfle, pour... l'éclipse !

 

                  De la "métamorphose", Ovide(2) a fait état :

                  Celle-ci s'enfla tant... qu'elle s'en éclata !...

                  Est-il un animal au sort si lamentable ?

 

                  Midas(3), au moins, cessa de changer tout en or...

                  S'en voit-il d'aussi fat, vaniteux ou consort,

                  qu'un souci de grenouille, insoupçonnable... accable.

                                     

 

                                                         oooOOOooo

 

                            

                          ~  Pot de terre, pot de fer :

                                aux portes de l'enfer  ~

            Le pot de terre, un jour, s'étonne au pot de fer :

            "Quoi ! Zeus, Diane, Apollon ?! l'Olympe est de voyage !

            Atome, astre, ou planète, on valse au paysage !...

            Sauf nous, privés de bal en ce vaste Univers !"

 

            "C'est vrai ! fait son compère, on n'a que trop souffert :

             avec ses compagnons, Jason pliait bagage !...

             Tel autre, héros d'Ithaque, a quitté son rivage !...

             C'est donc à notre tour, d'aller nous mettre au vert !..."

 

             Sitôt dit, sitôt fait : quittant leur étagère,

             ils s'en vont, cahotant, voir la terre étrangère,

             de près se serrant bien : le monde est incertain !...

 

             L'un l'autre tapotant, s'effrita un destin :

             terre frayant du fer en eut même supplice

             que l'imprudent Iros allant "frotter" Ulysse !

                             

                                                 -----------------

                  

                        ~  Hermès et les deux bûcherons  ~ 

             Que "probité oblige", et que "mensonge afflige" :

             un bûcheron, jadis, oeuvrant au bord de l'eau,

             voit sa hache glisser, puis sombrer dans ce flot !...

             Son désespoir est tel, qu'Hermès, ému, s'oblige :

 

             Plongeant dans la rivière, il ressort, ô prodige,

             trois hâches dans ses bras : soit d'un acier brillant,

             soit d'un argent luisant, soit d'un or scintillant !...

             Mais notre homme est honnête : hors son bien, il n'exige

 

             pas plus... obtient les trois, du divin bienfaiteur !...

             Un second bûcheron montra moins de hauteur :

             Dès qu'il apprend ce fait, il tente l'expérience...

 

             et, déclarant à soi l'objet d'or précieux,

             il n'eut aucun des trois, pour ce choix prétentieux :

             pèchant par impudence il n'eut point récompense.

                                                                 ------------------

            

               Passons à la Science(*) et aux choses sérieuses :

                         (*) La "science exacte", prouvée et vérifiable, bien entendu.

                                                   ---oooOOOooo---

                                                    ---oooOOOooo---

                                ~  "Savoir-vivre" en "2084" (1)  ~

                  (Un peu de prospective et "savoir-vivre" en futurismes : 

                                 donc le Bon Dieu veut bien attendre !... Ah maisEn colère! )   

               Savoir vivre mille ans et beaucoup "davant'âge",

               en sachant rajeunir autant qu'il nous plaira,

               car chacun, à loisir, selon ce qu'il voudra,

               par dix, vingt, ou cent ans... refleurira son âge :

 

               S'agaçent les savants d'en sortir d'un "brid'âge" 

               à la fin rabat-joie !... Et nul ne s'en plaindra : 

               des bio-nano-micros, technos et çaetera,

               du vent dans la grand'voile, adieu le cabotage !...

 

               Tel fut longtemps ce rêve, ainsi que les oiseaux(2)

               de voguer dans l'azur... et, survolant les eaux,

               nous filons en voyage au-dessus des nuages !...

 

                Maladie, handicaps sont l'objet d'attentions,

                de faim, de pollutions s'occupe "La Nation"(3) :

                et le Ciel, sans partage, applaudit nos ouvrages(4) !

                                               ---oooOOOooo---

   (1) L'an 2084, en opposition au roman "1984" de George Orwell : ici un "2084" plus optimiste, car "Il faut que le poëte, épris d'ombre et d'azur... devienne formidable à de certains moments" (Victor Hugo - Les Contemplations/Aurore XXVIII, poème à lire en entier sur mon autre site : cliquez ci-dessous :                                                                www.lafranceestbelle.com). 

   (2) Tel "le rêve d'Icare" de la mythologie.

   (3) La Nation Humaine, la Famille Humaine enfin apaisée, sereine et unifiée dans "la Recheche scientifique"  pour la réalisation de ces "espoirs" universels, bien concrets ceux-là.

    (4) Ainsi le disent l'adage latin : "vox populi vox dei", et le dicton français : "ce que l'Homme veut, Dieu veut" (et réciproquement).

Futurismes : Car voici que s'explose, "ici et désormais", notre appréciation et notre vision du monde, celle qui prévalait jusqu'ici.

C'est là, en tous cas, le meilleur remède au problème de surpopulation sur la planète : ira s'amoindrissant, en effet,  notre souci instrinctif de procréation pour se survivre et se prolonger, puisque chacun se prolongera en se rajeunissant à loisir des siècles et des millénaires durant... (Autre solution : l'on pourra toujours développer des villages et des villes flottant sur les océans ou dans l'espace autour de la terre, il reste encore un peu de place par là aussi.)

Miracles des progrès scientifiques : déjà avec la contraception développée au cours du vingtième siècle, tous les moyens scientifiques et techniques convergent en un même faisceau, pour atteindre ces objectifs tout-à-fait humains et légitimes, objectifs inconscients pour la plupart, mais bien réels pour d'autres.

Et ce ne sera point là même la fin de l'évolution humaine (intellectuelle dirons-nous), puisqu'elle se poursuivra, s'amplifiant et se multipliant même désormais avec les moyens des outils ordinateurs et autres technologies.

Imaginez un peu : vous entrez au labo futur, âgé par exemple de 75 ans, et vous en ressortez peu après rajeuni de 50 ans ou plus, avec le visage, le corps et la vigueur de vos 18, 25 ou 30 ans, tout en conservant en mémoire bien sûr tous vos souvenirs de 75 années de vie, et tout prêt à reprendre de passionnantes occupations, voyages, loisirs, etc... et à revivre une autre vie avec votre famille et vos amis rajeunis eux aussi !... Science-fiction aujourd'hui, réalité demain.

Et ce nous est donc un bonheur de songer que nos descendants, proches peut-être, y atteindront. Mondialisation, union internationale dans "la recherche" bientôt : nous sommes en bonne voie !

Ne dit-on pas que "la Nature est bien faite" ? Ou que "le Ciel l'a voulue ainsi" ?

Chacun en conclura, bien sûr, qu'il est donc temps maintenant que les hommes, mettant fin aux querelles anciennes, mesquineries obsolètes (et qui ne mènent à rien), se liguent désormais pour s'attaquer, tous unis, à notre seul véritable ennemi sur cette terre (et de longue date !) : on est bien tous d'accord.

Tel, dans cette perspective, sera enfin le pôle, l'axe de nos préoccupations actuelles et futures. Nous le savons désormais, éclairés, courageux, tout-à-fait réveillés et conscients.

Alors, ainsi, tant d'autres problèmes s'en trouveront d'eux-mêmes enfin résolus, pour tous...

Et donc, tout cela, bien sûr que nous le ferons, puisque nous le voulons tous !

PS.-  Il va sans dire que nous nous réjouissons tous, et très fort, que les personnes heureusement fortunées soient si bien avisées (bien que déjà généreusement impliquées par ailleurs) d'investir aussi dans ces mines d'un nouvel or... vivant !

Pressons ! Pressons ! Assez perdu de temps comme çà !... 

Et plus, nos descendants futurs "cente-millenaires"(5) verront bien que nous n'étions quand même pas des nigauds (ni des demeurés) dans les années 2000 !  

(5) De centenaires : "cente-millenaires", "milliontenaires" ou "milliardnaires" : ce sont encore des mots nouveaux à prévoir, et qui figureront dans les prochains dictionnaires (on peut déjà s'en réjouir dès aujourd'hui, rien que pour faire la nique à la vie !... Ah mais !...(*))

(*) Ah mais ! : i.e. "On va y arriver oui !!?... Non mais !!!"

Et, plaisanterie "riche" et facile, on s'accordera qu'un "milliard'naire" cela vaut, quand même, cent mille fois mieux (et plus cher !), qu'un simple "milliardaire" ! (Encore que l'un n'exclut pas l'autre).

Maintenant à vous de jouer, vous tous bio-informatico-génético-etc... et tous autres chercheurs et spécialistes en bio : qu'attendez-vous ?! (6). J'en assez dit, et je ne peux quand même pas tout faire moi-même (et à moi tout seul !) !...Non ?... Répondez !

        - Euh ?! Attends...Hé ! Bien sûr qu'on y travaille, et tous encore !.. Un peu, oui !... (Ah mais !!)

        - Ah bon !...                      (Ouf ! pas trop tôt...)

(6) Il y a, paraît-il, des gens qui s'impatientent (hum !).

                                                                ---oooOOOooo---

              Enfin sortir un jour du cadre d'une vie trop étroite... 

         (Un saut dans l'éternité de l'espace et du temps : "Patience dans l'azur"...)

----oooOOOooo----

 

Retour aux fables

          

 

                                              ~   D'un héron en errance

                                 astreint à l'abstinence   ~

                 Ainsi, mirant jadis dans l'eau son beau visage,

                 s'attendrissait Narcisse... A toute autre passion

                 dessus l'onde, un héron qui lorgnait du poisson,

                 s'adonnait, impassible, ogre en ce paysage !

 

                 Aux gens de la rivière il ne faisait pas grâce :

                 D'un lancer foudroyant son long bec éperon

                 les envoyait presto nager dans l'Achéron !

                 Sa méthode efficace en décimait la race...

 

                 Passaient dans le  flot clair, luisant sous Apollon :

                 lotte, ou brème, ou goujon... "Bof ! Ne nous affolons...

                 Pas vous ! dit-il, tout doux !... notre affaire est instruite,

 

                 Nous prendrons du plus fin : ce sera de la truite !..."

                 Ce choix trop sélectif, il l'attendit en vain...

                 Point d'Achéron, de Styx : il repartit à jeun !

 

            

                                                          oooOOOooo

                            ~   Le cadeau de Pandore

                                 et les Maux à pléthore   ~

                 Hésiode, en sa Genèse, en parle et subodore

                 la malice des dieux au cadeau facétieux

                 (que Prométhée, outré, taxait de spécieux ! ) :

                  Zeus, à Epiméthée, octroyait sa Pandore...

                

                 Esope, dans sa Fable, en écho corrobore,

                 et rapporte aussi bien d'autres faits odieux :

                 "ces Maux chassant les Biens qui s'envolent aux cieux,

                 nous laissant accablés de tracas à pléthore..."

 

                 Que valent ces propos en destins alarmants,

                 qui voilent d'autres mots aux desseins plus charmants :

                 Soit Plutarque ou Montaigne, on trouve plus d'un sage

 

                 qui souvent nous enseigne et trousse en beau message :

                 "Qu'amour, adversité, sont sources de trésor,

                 Qui vous font progresser vers un plus bel essor !".

                                                        ---oooOOOooo---

           

                                ~   Le loup et le chien  ~

                       (Du loup au chien intègre : un entretien en règle !)

                    Ce loup, n'est pas celui du "rouge Chaperon"...

                    Celui-ci - qu'observait un chien d'abord sévère,

                    Portant beau, poil luisant - songeait devant Cerbère :

                    "L'aborder doucement, nous en réchapperons..."

 

                    Celui-là, des moutons, c'était le tâcheron !

                    Par l'enclos sentinelle, il ne plaisantait guère,

                    Clamant, aboyant fort : "Gagnez votre repaire !

                    Sinon, de votre sort nous nous occuperons !"

 

                    Prenant par la forêt, l'autre, vif, court encore...

                    D'un allié si fidèle illustrons-en le score :

                    Non-voyants, policiers, et la traque aux "narcos"...

 

                    Et d'un grand voyageur son émouvant Argos...

                    Au logis, sans repos !... Il vaut tant qu'on le nomme,

                    C'est juste et de propos : "meilleur ami de l'homme".

                           

  ---oooOOOooo---

   

                            ~  Le marchand de statue :

                                tant l'Homme s'évertue  ~

                    La Vénus de Milo n'était pas son ouvrage,

                    L'audacieux fignoleur d'un Hermès peu flatteur,

                    Qu'il s'employait à vendre au quidam amateur

                    En place de village, en subissant l'outrage.

 

                    Les sacasmes pleuvaient : "Pauvre Hermès ! Bon courage"

                        -  Praxitèle ? ou Myron ? Lequel en est l'auteur ?...

                    - Trop laid ton Apollon ! s'en bidonne un rieur.

                     Mais lui s'enhardissait en louange et hommage...

 

                     Sculpteur aventureux et novice en beaux-arts :

                     N'est pas Phidias qui veut, Michel-Ange ou Mozart !...

                           Mais l'Homme est ambitieux(1), indomptable Protée

                    

                     Dès le printemps du feu, présent de Prométhée ;

                Tels "des Muses"(2), ses chants, aujourd'hui des "mensonges"...

                          Demain sont "vérités"(3) : s'accomplissent les songes(4)...

                     (1) C'est ainsi que ce jeune homme "ambitieux" pourrait perfectionner son style s'il persiste dans son art et s'il "s'évertue" à fréquenter l'atelier de bons artistes : alors son art maladroit "aujourd'hui" sera-t-il meilleur "demain".

                     (2) Comprendre "Tels ceux des Muses"

                      (3) Muses de l'Olympe, filles de Zeus à l'égide, "nous savons conter des                               mensonges pareils à des vérités..." (Hésiode - Théogonie.L25).

                      (4) Ainsi l'Homme, "ambitieux", "indomptable Protée", réalise-t-il ses                                        rêves ou "songes" en tous domaines.

 

              Calliope, Clio, Erato, Melpomène,Terpsichore, Polymnie, Euterpe, Thalie, Uranie.

 Les 9 muses, cliquez : http://latin.collegejeanjaures-cransac.org/muses.htm

 

                                                     ---oooOOOooo--- 

 

                           ~   D'Aigle et Renard, sacrée,

                                    l'Amitié massacrée  ~

 

                    Cet aigle et ce renard, amis au paysage,

                    Protestent qu'au même arbre on n'y fonde foyer :

                    L'un, dans un creux au pied s'installe son terrier,

                    L'autre place son aire au plus haut du feuillage...

 

                    Esope dans sa fable en a mauvais présage :

                         Dès les renardeaux seuls - leurs parents éloignés

                    En quête de repas - leur voisin dévoyé,

                    Au dam de l'amitié, s'en fait un beau carnage !

 

                    Sauf qu'Eole a puissance à grand souffle de vent :

                    Les aiglons balancés au sol, des ci-devant,

                         Répliqueront le sort... Emportant Ganymède,

              

                    L'oiseau de Jupiter, ou l'exploit d'un Diomède

                    Dommageable aux troyens, sont faits circonstanciels,

                          Lesquels impliquent moins la punition du ciel.

 

                                                  ---oooOOOooo---

 

                 

                          ~   Chevrier et chèvre sauvage  ~

             Ce pâtre, son troupeau rentrant de pâturage,

             L'a enclos dans la grotte, habituel abri ;

             Lorsque, à le recompter, il est heureux, surpris :

             Son cheptel s'est accru d'une chèvre sauvage !

 

             Lors, il n'a pas manqué de gaver en fourrage

             La fière "pensionnaire" : ô le soin qu'il a pris !

             Tout cela aux dépens des chèvres et cabris...

              Elle, à tant d'attentions, s'en crut de haut lignage !
              

             Donc, tôt, vers "la montagne", arguant d'une Amalthée

             Nourricière de Zeus ( parenté frelatée ! ),

             Elle s'en fut : des dieux(1), des instincts de sauteuse,

 

             L'abîme, les sommets, la vie aventureuse...

             Tel, "de Monsieur Seguin" fuyant le soin jaloux,

             La "Blanquette" aux "yeux doux", courant périr au loup(2)!...

    (1) Les dieux habitent au sommet de "la montagne" Olympe.

    (2) Et de loups il en est de toute sorte : loup-garou, loup gourou, loup voyou, loup fanatique...

                Pour lire "La chèvre de Mr Seguin", conte d'Alphonse Daudet, cliquez ci-dessous : 

http://fr.hellokids.com/c_70/lire-et-apprendre/contes-classiques/les-contes-d-alphonse-daudet/la-chevre-de-monsieur-seguin

                          

---oooOOOooo---   

 

               Pour remonter en tête du site, cliquez ici : http://www.lafranceestbelle.fr/   

 

-